Non classé
6 commentaires

Ma vie d’entrepreneuse ou mes 2 ans en jogging

 La semaine dernière j’ai soudainement pris conscience que cela faisait 2 ans que j’avais quitté mon poste de spécialiste distribution dans une grosse entreprise de cosmétiques. 2 ans à mettre tout ce que j’avais dans la reprise de mes études, l’éducation de mes enfants, mon couple et créer ma boîte. M**** 2 ans?! J’ai l’impression d’être entrée dans un vortex temporel comme dans ces séries de science fiction bas de gamme, mon vaisseau est en pleine turbulences ça tremble de partout mais je suis la Capitaine dans son siège au centre de tout. J’ai peur mais je dis à l’équipe que ça va le faire, il suffit de déclencher le seul réacteur qui fonctionne. LOL de l’extrême (ma fille si tu me lis pardonne cet accès de jeunisme).

Alors ce matin, enfin en cette aube parce qu’il est 5.00 en fait là! Donc ce matin, j’ai décidé de ralentir un peu, de prendre du recul. 2 ans?! Qu’est-ce que je retiens de ces 2 ans, d’être entrepreneuse débutante? Allez je vous le dis en 6 points:

 

L’ascenseur émotionnel

Ce que j’aime faire c’est des listes de ce que j’ai à faire, planifier sur le long terme. Ça me rassure comme être dans une couette un dimanche matin et qu’il gèle dehors. Et bien cette sensation de confort, je l’ai oublié depuis que je suis ma boss! PAS UNE SEMAINE NE SE RESSEMBLE!!!

Mon agenda de la journée peut changer en une fraction de seconde selon les priorités du jour. Comme cette fois où j’avais une vente prévue sur Paris et la veille le transporteur ne livre pas (Bruit de verres qui se fracassent dans ma tête)…Tout laisser en plan pour aller récupérer en voiture les produits dans un centre logistique au fin fond de la région parisienne…Découvrir que la moitié des produits est cassée l’autre moitié invendable parce que la canicule hein, la chaleur a fait évaporé les crèmes (Pleurs)…Rentrée pour s’occuper des enfants mais le frigo est vide puisque 1) tu n’as pas fait les courses puisque tu gérais une crise 2) tu n’as pas pensé à appeler ton homme parce que tu gérais une crise (oui je me répète). Les montées d’adrénaline sont nombreuses mais au final au bout de 2 ans, je prends la vie comme elle vient…JE DEVIENS BUDDHA (LOL!)

 

Cela peut tuer ton potentiel glamour

Quand je travaillais en entreprise Corporate, je me vautrais dans mon placard, régulièrement réapprovisionné, heureuse d’exploiter le potentiel de mon dressing et de mes compétences de fashionista. L’open space était comme un podium, du style, du style, du style. Ça C’ÉTAIT AVANT!!

Ces 2 dernières années je les ai passé en grande partie dans mon bureau de fortune, c’est à dire mon salon, à préparer un mémoire pour mes études puis des business plan avec leurs bilans prévisionnels. J’étais tellement dedans que prendre une douche me paraissait mon acte le plus glamour de la journée. J’avais besoin du confort MAXIMAL, un jogging ou un legging et un foulard sur la tête et j’étais bien…Depuis peu de temps, je retrouve mes marques et redécouvre qu’il y a d’autres vêtements que le legging. Franchement je n’aurais jamais cru le dire mais lâcher mon jogging c’est dur, c’est une vraie drogue!

 

Des rencontres du troisième type

Hilary Clinton disait qu’il fallait tout un village pour élever un enfant et bien c’est la même chose pour créer une entreprise. Il faut entrer en contact avec beaucoup de personnes pour monter ton projet. Des agents d’organisations publiques, des banquiers, des agents immobiliers, des porteurs de projets, des membres de ton réseau pro et perso et j’en oublie…Et quand tu lances ta boîte ça peut réveiller des choses enfouies chez ces interlocuteurs qui te les balancent au calme. Il y a eu des jours où j’ai pleuré longuement après que l’on m’ait dit que j’avais mieux à faire que d’être entrepreneure, avec 3 jeunes enfants quand même et bon vu mon parcours (comprendre tu es issue de l’immigration) j’en avais fait de belles choses donc pas besoin de développer d’autres ambitions.

La fois où je me suis mise en colère contre un banquier qui m’expliquait qu’il ne voulait pas financer mon projet non pas parce que ça ne tenait pas la route mais parce que j’étais ambitieuse…Silence…Silence…

Mais surtout il y a eu toutes ces fois où j’ai rencontré dans des moments de doutes des gens formidables qui m’ont donné confiance pour mener à bien mon projet, ici dans mon village, en France et à l’étranger. Ma famille et mes amies qui me trouvent certainement folle mais me soutiennent au quotidien pour aller au bout de mon rêve.

Eviter le burn out

Avant j’avais des horaires de travail…Donc l’équilibre vie personnelle et vie professionnelle était parfois difficile à trouver mais une fois sortie du bureau je pouvais oublier le boulot. Ces 2 dernières années, je me suis laissée habitée par mon projet. J’y pensais 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Je ne me suis fixée aucun horaire parce que j’aimais non j’adorais ce que je faisais…ERREUR! Le 1er weekend que je me suis accordée en amoureux, j’ai juste dormi 2 jours puis j’ai mis une semaine à m’en remettre puisqu’une fois détendue mon corps et ma tête ont juste refusé de redémarrer. J’ai compris que prendre soin de moi est une priorité!!! J’y travaille encore mais je pense être sur la bonne voie 🙂

 

Manger sainement est un défi

Avec mon agenda, mes horaires bordéliques et tout à mon bonheur d’être ma boss, je mangeais soit ce qui me tombait sous la main ici et là ou rien du tout ou n’importe quoi en grosse quantité en une fois…Résultat fatigue, une peau et des cheveux pas au top mais aussi une importante prise de poids. Je le répète prendre le temps de s’occuper de soi est une priorité!! J’ai découvert une super blogger Lee qui donne plein d’astuces pour organiser son frigo et planifier, préparer ses repas. J’aime vraiment ce qu’elle fait et son travail sur la santé mentale et physique féminine m’inspire énormément.

 

Réaliser le chemin parcouru

2 ans à galérer oui, vraiment. Je ne veux pas entrer dans l’idéalisation de l’entrepreneuriat! Mais au bout de ces 2 ans, je vois aussi tout ce qui a été fait et je suis vraiment mais vraiment contente et fière de moi. Black Vegan Beauty existe et fédère une communauté qui grandit de jour en jour! Je travaille avec des partenaires qui partagent mes valeurs et ma vision de l’entreprise, ce qui est énorme quand je pense à la frustration que j’avais en entreprise corporate. Et j’ai découvert la joie de vivre en jogging et legging, désolée fashion police mais c’est trop bon!

Cette entrée a été publiée dans : Non classé

par

Fondatrice de Vegan Beauty

6 commentaires

  1. Juste magnifique en te lisant j’ai juste eu des larmes aux yeux, car je me suis rendue compte que c’est mon prochain défi ou faire connaître au monde entier le désir ardent d’apporter notre modeste contribution pour un monde meilleur .merci pour ton partage , car il faut le vivre pour le comprendre et rien n’est plus gratifiant qu’une expérience de plus à notre compteur . Bonne continuation.

    • Marina dit

      Je suis si touchée par tes mots que je ne sais pas comment exprimer la gratitude que je ressens à lire ton commentaire et ceux de toutes celles qui m’ont contacté. Je te souhaite le meilleur pour ton projet <3

  2. Vanessa Dzognig dit

    Moi déjà a un an et mon combat continue il y’a des moment j’ai envie de dire … Stop.. Je rentre en entreprise et après je me ressaisi et reprends la relève…sans compter les accumulation de projet et si et si… Up ma grande tu as déjà Persé le mystère… Courage encore

  3. Félicitation pour tes 02 ans d’entrepreneuriat ! Je viens juste de passer le cap des 01 an et je suis enthousiaste pour l’année N°2. Mais tout n’a pas été rose, c’est pourquoi j’ai tenu à faire un bilan véridique de cette première année via un article sur mon blog: https://thesexychemicalcompany.wordpress.com/2017/09/13/bilan-01-an-dentrepreneuriat-les-10-lecons-que-jai-apprises-en-me-lancant-dans-un-secteur-meconnu/

    Merci pour cet article inspirant et ô combien motivant !

Laisser un commentaire